Accueil

Suivez-nous

Find CANTON Consulting on TwitterFind CANTON Consulting on Google+Find CANTON Consulting on LinkedInFind CANTON Consulting on YouTube

Time to (payment services) market !

Réf. : Numéro 81 - 16 février 2012
Pour acheter et télécharger immédiatement cet exemplaire de la revue, cliquez :
 

Prix : 48,00 EUR

Time to (payment services) market !





Editorial:

Surcharging : vérité au-delà, erreur en deçà... des Alpes !

La presse française vient de se faire l'écho du jugement important (57 pages !) que la première chambre sociale du TGI de Paris a rendu, sur la demande de l'association UFC-Que choisir, ordonnant la suppression d'une série de clauses jugées abusives et en particulier celle permettant de facturer quelques euros de frais de dossier pour toutes les réservations Internet payées autrement que par carte bancaire ou carte Visa Électron. "En l'état de la législation applicable, la société EasyJet ne peut appliquer de frais pour l'utilisation de certains instruments de paiement ». Nous avions déjà commenté, dans le numéro 77, l'introduction par certaines compagnies aériennes du « surcharging », selon le terme de novlangue européenne. Signalons que, simultanément, en Suisse, les autorités confédérales viennent de confirmer sur le même sujet que : « rien n'interdit aux entreprises de pratiquer des prix différents en fonction des moyens de paiement ». C'est l'autorité de la concurrence helvétique qui avait fait supprimer, en 2005, toute clause interdisant le report par le commerçant du coût du service de paiement. Assurément, même si la DSP permet une option nationale d'interdiction de ce surcoût, il y a place à s'interroger sur la pérennité de telles différences pour le développement des usages du e-commerce dans un unique marché SEPA.

Le dossier:

La journée organisée par l’ADEN (Association pour le développement de l’économie numérique), le 30 janvier dernier, en partenariat avec la DG de la Compétitivité, de l’Industrie et des Services du Ministère des Finances a marqué par son succès et l’affluence qu’elle suscitée. Tous les ingrédients ont été réunis pour que cette manifestation fasse date et joue un rôle de révélateur des transformations engagées et des mutations qui s’annoncent. Les interviews des organisateurs et la relation du colloque complètent pour nos lecteurs les leçons à tirer d’une manifestation qui a puissamment contribuer à une prise de conscience française de l’impact de cette véritable révolution européenne.

Au sommaire du dossier:

  •  Comment gérer les bouleversements dans le monde du paiement ?
  • Interview d’Olivier Midière, Président de l’ADEN
  • Interview de Régis Bouyala, Président de Pemance et animateur du Colloque
  • Nouvelles technologies, nouveaux acteurs ?
  • Le client de plus en plus roi ?
  • Faut-il protéger le client de lui-même ?

Canton y réfléchit:

Plus de 2 ans après que la DSP ait totalement rebattu les cartes au sein de la zone SEPA, on peut regretter que la révolution du marché des paiements ne soit pas encore aussi sensible que ce que promettaient les instigateurs du projet. Aujourd'hui, et en dépit de la crise, la dynamique s’accélère nettement. Au bilan de ce colloque, qui a mobilisé de façon inédite des foules d'acteurs des différents horizons concernés, sur des thèmes au cœur des projets communautaires sur les services de paiements, force est de constater que chacun affirme d’abord sa vocation a occuper l’espace nouveau qui s’ouvre : si les banquiers et leurs fournisseurs pensent qu’il y a peu de place pour les nouveaux entrants, lesdits se préparent à prouver le contraire tandis que les opérateurs mobiles sont convaincus de départager le débat en s’imposant comme les futurs gagnants Si les débats de cette première édition ont été très centrés sur le marché français, il convient de garder à l'esprit que les conséquences de cette révolution désormais en marche dépassent largement les frontières de l'hexagone. Un système de paiement unifié à travers l'espace SEPA, animé par des acteurs, innovants et compétitifs, diffusable à l'échelle du continent avec la confiance des consommateurs, représenterait un autre moyen de départager les concurrents français ! Le Président de l’ADEN a donc bien raison : le temps est venu de savoir oser et d’entreprendre. Assurément, la manifestation qui sera organisée dans un an, avec un horizon élargi à l’échelle européenne promet de se tenir dans un paysage transformé.

Décodages:

  •  Les nouveaux moyens de paiement : le « French paradoxe »

Repères:

  • Un nouveau cadre européen de protection des données personnelles
  • La BNP, Casino et Équidia se lancent dans la TNT

Entreprises citées dans ce numéro :

 

Aden, DGCIS, Orange, Paypal, Visa Europe, Wexpay, BNP, InsideSecure, EPC, Aqoba, La Banque Postale, Ingenico, Banque de France, Casino, EDF, Auchan, Fnac.com, Slimpay, UFC, Dictao, Limonetik, EESTEL..





<< Numéro précédent : Aux marches de l'Union Européenne
>> Numéro suivant : A quand les paiements Low Cost ?