Accueil

Suivez-nous

Find CANTON Consulting on TwitterFind CANTON Consulting on Google+Find CANTON Consulting on LinkedInFind CANTON Consulting on YouTube

SEPA M+6 où en est-on

Réf. : Numéro 14 - 8 septembre 2008
Pour acheter et télécharger immédiatement cet exemplaire de la revue, cliquez :
 

Prix : 48,00 EUR





Editorial:

6+6=12

Six mois après les débuts du virement européen SCT, le bilan peut apparaître conforme au paysage dressé par les banques : globalement immobile.

Apparences trompeuses !

La mécanique SEPA se construit. Le manque d'information et de prise de conscience accuse le retard de la France, comparé à ses voisins et redoutables concurrents mais il n'arrêtera rien.

Quand on est au milieu du gué, on se rapproche de la rive aurait dit Monsieur de Lapalisse. Dans moins de six mois devrait être lancé le débit direct européen et dans un an les premiers établissements de paiement seront agréés. Les futurs gagnants de cette nouvelle donne se sont déjà mis en marche.

Le dossier:

A l’occasion de la rentrée et six mois environ après le lancement du virement européen (SEPA Credit Transfert), Les Echos de Canton ont souhaité faire un point de l’avancement de ce chantier qui bouleverse le marché des paiements en Europe et va favoriser la relance du Marché Unique Européen.

Au sommaire du dossier:

  • Le bilan vu de Visa Europe
  • Les offres des banques, vues du client : trouver le SEPA dans une botte de foin
  • SEPA : le rendez-vous manque de la communication des banques
  • SDD : les banques travaillent en secret… mais que font-elles ?

Canton y réfléchit:

Une réforme aussi lourde et profonde que le SEPA, dont la mise en œuvre s'étale sur plusieurs années, est longue à s'imposer. En comprendre toutes les conséquences et implications six mois après la première étape d'une série de trois ou quatre est une tâche délicate. De plus, la ligne de plus grande pente a joué, différemment selon les pays, fortement en France : la majorité des banques aura tout fait pour retarder ou minorer... l'inéluctable.
En réalité, le SEPA constitue une réforme structurelle et structurante. Créer des instruments de paiements, aux formats électroniques les plus modernes, conformes aux exigences actuelles de la protection des consommateurs, utilisables sans autre besoin d'adaptation sur 31 pays qui réunissent le plus grand marché de consommateurs fortunés au monde : c'est assurément un vecteur majeur de stimulation du marché intérieur communautaire.
La Commission suit sa feuille de route. Les instruments structurels se construisent et de plus en plus nombreux sont les acteurs qui ont décidé de se positionner pour en tirer profit et en faire profiter les consommateurs.
CANTON s'est créé autour de la conviction que le SEPA va réveiller une évidence : le paiement est au cœur du commerce. Il est stratégique et vecteur d'innovation pour les commerçants. Et le paiement ne restera plus longtemps le monopole confiné, confisqué, du monde bancaire.
L'évolution de la conjoncture montre en outre que le contexte va conjuguer ses effets pour renforcer et accélérer ces évolutions structurelles. L'infléchissement de la croissance, les tensions inflationnistes et les incertitudes sur la solvabilité des acteurs rendent de plus en plus nécessaire une gestion fine du paiement qui favorise l'étalement de la dépense, discerne et sélectionne au sein de la base de clientèle les clients fidèles pour leur proposer des solutions adaptées tant sur les produits ou services offerts que pour leur financement. Scoring, CRM, fidélisation seront les leviers d'une offre commerciale dynamique dans un marché de plus en plus concurrentiel et compétitif.

Décodages:

  • Les enjeux commerciaux du paiement sans contact
  • Confidentiel : la Banque Postale et le fonds anglais Advent seraient les repreneurs d'Experian France
  • Les Mousquetaires de la carte bancaire

Repères:

  • Qu’est-ce qui n’a pas encore été partagé en ligne ?
  • SCNF: données confidentielles des clients compromises ?
  • La carte européenne : un serpent de mer ?
  • A savoir...

Entreprises citées dans ce numéro :





<< Numéro précédent : Google à Go-go, mais où va google?
>> Numéro suivant : Payer sa musique en ligne