Accueil

Suivez-nous

Find CANTON Consulting on TwitterFind CANTON Consulting on Google+Find CANTON Consulting on LinkedInFind CANTON Consulting on YouTube

Les forks de Bitcoin et Blockchain

Réf. : Numéro 157 - 17 mars 2016
Pour acheter et télécharger immédiatement cet exemplaire de la revue, cliquez :
 

Prix : 48,00 EUR





Editorial:

Docteur  Blockchain Et Mister bitcoin
 
Contre les plus savants pronostics, le sujet Bitcoin s’impose dans le paysage des services financiers, désormais dissimulé sous les termes galants  de « Fintech » et de Blockchain.
 
NDP, qui avait produit en 2010 sa première analyse du bitcoin, va consacrer trois numéros successifs à dresser l’inventaire des futurs possibles d’une technologie arrivée à une véritable croisée des chemins.
 
Cet engouement est d’abord porté par la prise de conscience de ce que les architectures décentralisées et la force du mécanisme de consensus distribué apportent comme puissance d’innovation.
 
Une série de dossiers à ne pas manquer pour comprendre les multiples champs d’innovation et les nombreux cas d’usage qui promettent  de s’ouvrir dans les mois qui viennent.

Le dossier:

Il est devenu difficile de ne pas parler de Blockchain quand salons, forums, groupes de travail, et sites internet brandissent le mot pour mieux ensevelir celui de bitcoin. Mais après ce ravalement opportuniste, l’édifice construit par les bitcoineurs semble fonctionner comme une auberge espagnole. 
Au cours d’un même événement, on entend un orateur assurer que « la blockchain est l’überisation ultime » tandis qu’un autre soupèse les économies qu’elle peut procurer au système financier. « Fin des banques » dit l’un, « vingt milliards d’économies » dit l’autre. Qu’en est-il ?

Au sommaire du dossier:

  • Les chaînes privées : botte secrète, parade ou illusion ?
  • R3 CEV, le consortium qui vend la Blockchain aux banques
  • Les banques et la blockchain : un engouement peut-être démesuré ?
                                                      

Canton y réfléchit:

En conclusion, très provisoire à la sortie de la partie 1 d’un dossier en 3 parties, il faut rappeler une évidence. L’ensemble du projet bitcoin reposait sur une architecture ouverte et décentralisée, deux qualificatifs plus qu’étrangers au domaine financier. Certes, dans ce dispositif, on trouvait un registre qu’il est possible de décrire comme une base de donnée (BDD) distribuée établissant un historique décentralisé, trouvaille sensiblement antérieure au bitcoin et qui peut fonctionner sans lui. Mais la mise en œuvre de solutions vieilles de plusieurs décennies est-elle encore une révolution ? 
Le sujet qui s’est ouvert est celui des univers d’application.
Il s’étend bien au-delà de la finance, notamment parce que derrière le mystérieux buzzword de Blockchain,  il y a une dynamique d’innovation technologique ouvrant la possibilité de faire converger, de façon sûre et pratique, une base de données répartie vers des contenus homogènes et cohérents, sans aucune autorité centrale.
Les prochaines parties de cette enquête, publiée sur trois numéros au total, vont illustrer cette extension du champ de la recherche vers un ensemble de cas d’usage qui promettent de bouleverser de nombreux secteurs et habitudes de travail, dans un très grand nombre d’activités qui ne s’y attendent pas encore vraiment…

Décodages:

  • La BCE veut des paiements mobiles et instantanés
  • Birdycent, l’épargne d’arrondi !

Repères:

  • Ingenico renforce sa position dans le paiement mobile
  • Mir, la nouvelle carte de paiement Russe
  • Orange à la conquête du secteur bancaire

Entreprises citées dans ce numéro :

BCE, Birdycent, Codius, Natixis, BNP, Diebold, FMI, Ingenico, MIR, Oberthur, R3CEV, Santander, SocGe,  ...