Accueil

Suivez-nous

Find CANTON Consulting on TwitterFind CANTON Consulting on Google+Find CANTON Consulting on LinkedInFind CANTON Consulting on YouTube

Les conditions d'acceptations du RFID

Réf. : Numéro 7 - 21 avril 2008
Pour acheter et télécharger immédiatement cet exemplaire de la revue, cliquez :
 

Prix : 48,00 EUR





Editorial:

SEPA : Un calendrier de transposition rapide

Une directive communautaire doit être transposée en droit national pour porter tous ses effets et pour que les lois et règlements nationaux soient adaptés à la nouvelle règle adoptée par le Conseil européen.

La France a rarement été première de la classe dans l’exercice de transposition. Les discussions « fermes » avec la Commission sur le  sujet de la réglementation des jeux illustrent cette résistance française toujours possible. S’agissant des directives monnaie électronique de 2000, c’est en 2003 que leur transposition avait été assurée. Le délai ne doit au final pas dépasser 7 ans.

Pour le SEPA, la directive prévoit une transposition avant novembre 2009. Nos lecteurs savent qu’en début d’année la Commission a annoncé la mise en place d’un cadre coordonné pour veiller à une transposition rapide et cohérente dans les Etats membres. La perspective de la prochaine présidence française de l’Union européenne contribue à un zèle dans l’exercice de transposition, pour que la France ne se retrouve pas alors en porte-à-faux.

En tout cas, pour la directive « DSP », n°2007/64/CE du 13 novembre 2007 qui instaure le SEPA, la transposition sera rapide. En effet, le Gouvernement devrait être prochainement habilité par le Parlement à procéder par voie d’ordonnance, dans le cadre d’une habilitation pour la compétitivité de la place financière française.

 

Le dossier:

Le RFID promet d’être un formidable catalyseur d’innovation commerciale, logistique, marketing, vente et paiement.
Mais dans une époque peuplée de craintes à l’égard des technologies de rupture, des OGM aux nanotechnologies, le RFID peut avec raisons susciter inquiétudes et résistances.
Qui n’a pas eu la surprise de voir son boitier LiberT payer le parking sans rien demander au conducteur ? Avez-vous remarqué que le premier exemple stigmatisé par M. A. TURK, nouveau président des CNILs européennes était la surveillance de collégiens anglais par RFID ? Savez-vous qu’aux Etats-Unis des consommateurs font passer le mot de laisser quelque secondes au micro-ondes toute nouvelle carte de crédit reçue, par précaution pour griller un éventuel "mouchard" ?
Nouvel âge d’or du commerce ou nouveau Big Brother ? Des réponses claires doivent être données et la compréhension de ces craintes est nécessaire pour prévenir les écueils du refus par les consommateurs à l’introduction de la technologie RFID.
À l’été, une banque française renouvellera tout son parc de cartes pour introduire la RFID. La course à l’innovation se lance. Notre dossier balise quelques-unes des contraintes à intégrer pour ne pas se tromper dans un investissement lourd en organisation et qui peut s’avérer plus coûteux encore en risque d’image.

Au sommaire du dossier:

  • Un nouvel âge annoncé pour le commerce
  • Panorama d'utilisation : champs libre à l'imagination
  • La Chine, un exemple
  • Les téléphones RFID arrivent
  • La consultation publique de la CE sur RFID et vie privée

Canton y réfléchit:

En 2007 plus de 1,7 milliards de marqueurs RFID ont été produits dans le monde et l’on prévoit d’en produire 500 milliards en 2016. Cette technologie se développe transversalement et plus particulièrement dans la traçabilité des produits qu’ils soient naturels, manufacturés, qu’il s’agisse de pièces de rechanges, d’animaux, d’êtres humains. Dans le domaine des paiements, la carte sans contact est l’utilisation la plus répandue de la RFID : elle représente 35% du nombre de puces RFID dans le monde en 2006.
En 2007, ce marché s’est chiffré au niveau mondial à près de 5 milliards de dollars et son taux de croissance devrait rester de l’ordre de 20 à 30 % par an pendant les 4 à 5 années qui viennent, la multiplication des usages aidant. Un tel développement reste toutefois soumis à divers facteurs que seul l'avenir pourra déterminer. Dans de nombreux cas, le coût des composants demeure élevé et la production des étiquettes parfois plus chère que les produits eux-mêmes. D'autres axes d'amélioration, sur le plan fonctionnel, sont également souhaitables : les aspects de sécurité et de protection des données demeurent ainsi perfectibles, et conditionnent une diffusion massive de la technologie.

Décodages:

  • Un couple Franco-allemand face à Visa et Mastercard
  • Target 2 et swift
  • L'évolution de la fraude sur internet aux USA
  • Le mercato des cartes de paiement

Repères:

  • La fraude fiscale et sociale en France
  • Sécurité : Paypal met en cause Safari
  • A savoir....

Entreprises citées dans ce numéro :





>> Numéro suivant : SEPA chez les Hélvètes