Accueil

Suivez-nous

Find CANTON Consulting on TwitterFind CANTON Consulting on Google+Find CANTON Consulting on LinkedInFind CANTON Consulting on YouTube

La migration SEPA, ce qu'il faut savoir du calendrier de la commission

Réf. : Numéro 41 - 19 janvier 2010
Pour acheter et télécharger immédiatement cet exemplaire de la revue, cliquez :
 

Prix : 48,00 EUR





Editorial:

Une nouvelle parabole de Saint-Simon

L’original est bien connu: « Admettons que la France conserve tous les hommes de génie qu'elle possède (…)mais qu'elle ait le malheur de perdre, le même jour, Monsieur, frère du roi (la cour et toute la noblesse)cet accident affligerait certainement les Français parce qu'ils sont bons mais cette perte de 30 000 individus, réputés les plus importants, ne les affligerait que sous un rapport sentimental, car il n'en résulterait aucun mal politique ».

Les malheurs de Gemalto en RFA survenus après les affres de la crise bancaire et financière renouvellent cette parabole. Si 3000 traders venaient à disparaître, et une ou plusieurs grandes banques, cette banqueroute propagerait la ruine parmi entreprises et familles, causant les plus grands dommages. Au prix du creusement de la dette, la machine repartirait cependant.

Mais quand les cartes de paiement refusent de fonctionner, c’est toute l’économie qui s’arrête d’un coup et pour de bon ! Il faut en revenir aux reconnaissances de dettes, quand le commerce de proximité le permet, les biens de première nécessité font défaut, les achats de fin d’année sont escamotés, les affaires fondent comme chocolats de Noël au soleil. « Ces suppositions font voir que la société actuelle est véritablement un monde renversé »

Le dossier:

Le domaine des paiements implique des outils et des savoirs de nature industrielle. La nouvelle réglementation ouvre un champ pour des « start-up ». Mais, pas d'illusion ! Il n’y aura pas de succès possible dans ce métier sans croissance corrélative de capacités industrielles et financières (prudentielles) majeures. L'apparente immobilité du paysage est trompeuse. Y compris ceux qui jouent une stratégie de retardement s’emploient mettre à profit le temps gagné pour avancer leurs propres projets.
Tentons de repérer, grâce aux signaux faibles que nous avons identifiés, ce qui se prépare en coulisse. De nouvelles offres se composent : elles ouvrent de nouvelles pistes stratégiques aux utilisateurs.

Au sommaire du dossier:

  • Etat des lieux SCT et SCF
  • A quand le SDD ?
  • La fin de la migration

Canton y réfléchit:

Le SEPA ne se limite par à la Directive sur les services de paiement.
Le grand marché intérieur fruit des  efforts de la Commission se compose, comme un puzzle, pièce après pièce. La crise financière et bancaire a sans doute retardé la mise en place du projet global, ne serait-ce que par la justification qu’elle a apporté, opportunément, aux acteurs les moins ouverts à ces évolutions. Mais, selon la méthode « bulldoser sans marche arrière », la Commission poursuit son chemin avec méthode.
Le paysage de l’adoption des instruments par les États membres est divers. Sur chaque compartiment du jeu : SCT, SDD, SCF, EMV, DSP, … le niveau d’adoption varie et les moyennes restent encore basses. Mais cela n’a d’importance qu’aux yeux de ceux qui se refusent à voir ou veulent retarder les prises de conscience. Les enjeux sont majeurs en termes d’économies pour des acteurs qui ne pourront différer longtemps les bons choix et l’accélération va rapidement gommer les écarts de départ. Il est temps de prendre le juste recul pour tirer les conséquences du tableau qui se dessine. 

Décodages:

  • Les vœux de Visa et MasterCard pour 2010
  • Frais bancaires : la France peut encore mieux faire

Repères:

  • Pionniers : Lemon Way
  • Du progrès du côté des délais de paiement
  • A savoir...

Entreprises citées dans ce numéro :

Gemalto, Commission européenne, CIC, Société Générale, Caisse d’Epargne, Crédit Agricole, Banque Postale, Visa Europe, Mastercard, EPC, Lemon Way, SNCF, Western Union, McAfee, LCL