Accueil

Suivez-nous

Find CANTON Consulting on TwitterFind CANTON Consulting on Google+Find CANTON Consulting on LinkedInFind CANTON Consulting on YouTube

Entreprises, en quoi il est urgent de vous préparer au SEPA

Réf. : Numéro 6 - 7 avril 2008
Pour acheter et télécharger immédiatement cet exemplaire de la revue, cliquez :
 

Prix : 48,00 EUR





Editorial:

SEPA encore

… mais ça pourrait !

Le SEPA a du mal à se mettre en place car les différents acteurs ne prennent pas conscience de l’urgence

Il semblerait en fait qu’une attitude bien française consistant à attendre car « cela sera retardé » ou « cela va encore changer » reporte la prise de conscience des potentiels liés au  SEPA. Les premiers concernés en interne dans les entreprises s’efforcent, avec ou sans l’appui des banques, de régler les aspects techniques. Mais l’information ne semble pas encore trouver d’échos chez les dirigeants  qui éprouvent encore du mal à en percevoir les substantifiques perspectives. Dans les banques, françaises, la prise de conscience des potentiels de démarche marketing et commerciale de fidélisation des clients à du mal à prendre forme et pourtant, quelle opportunité ! Une visite comparative des sites internet des banques françaises puis de leurs consœurs européennes surtout du nord sera à ce titre riche d’enseignements.Un sondage des lecteurs de gtnews révèle que les banques comme les professionnels de la finance d'entreprise considèrent le projet SEPA comme une priorité commerciale cette année. Quatre banques participantes sur cinq (82 %) et quasiment les deux tiers (61 %) des personnes interrogées dans le monde de l'entreprise affirment que la préparation et le respect du projet SEPA constituent une priorité commerciale pour leurs organisations en 2008. Mais il reste peut être une distance entre réalité et priorité !

 

Le dossier:

Alors qu’un grand nombre d’entreprises se retranchent derrière le prétexte d’opacité du sujet et invoquent un sujet d’experts sans implications pour elles, d’autres saisissent les évolutions que sous-tend le SEPA  comme une occasion idéale de repenser leur organisation en profondeur. À l’heure actuelle, les entreprises qui commencent à communiquer sur le SEPA (hormis les banques) sont, sans surprise, les entreprises de dimension européenne qui ont déjà une véritable activité répartie sur une partie significative de l’espace SEPA. Leur exemple mérite donc d’être examiné puisque, même à une échelle plus réduite, leur problématique peut être transposée à des entreprises de taille plus modeste, mais confrontée ou en voie de se confronter aux mêmes contraintes.

Au sommaire du dossier:

  • Des gains de productivité à saisir
  • Panorama de quelques entreprises qui prennent de l'avance
  • Test : mesurez votre retard

Canton y réfléchit:

Les entreprises à dimension internationale gèrent une clientèle, des fournisseurs et un réseau d’établissements de production et/ou de commercialisation dans un nombre important de pays. Pour elles, l’espace européen est déjà un espace domestique ; elles sont, par excellence, demandeuses depuis longtemps d’un vrai marché domestique des paiements à l’échelle européenne qui vienne compléter ceux existant pour les marchandises et les services. Elles comprennent que la simple interconnexion des systèmes nationaux était pour elles, une gêne quotidienne, une source de coûts et un obstacle à la rationalisation de leurs organisations. Premières demandeuses, elles ont naturellement été les premières à inscrire la préoccupation SEPA au rang d’objectif stratégique. Il est temps pour les entreprises d’évaluer leur degré d’avancement sur SEPA….et pour certaines de commencer à mesurer le retard déjà accumulé !

Décodages:

  • La portée exacte de l'alerte de sécurité sur la RFID
  • Le third scheme se fera-t-il à 3 ou 4 points ?

Repères:

  • N-Z : fraude record
  • La carte s-pass de Carrefour
  • A savoir...

Entreprises citées dans ce numéro :





<< Numéro précédent : Vers un paiement 2.0
>> Numéro suivant : Les conditions d'acceptations du RFID