Accueil

Suivez-nous

Find CANTON Consulting on TwitterFind CANTON Consulting on Google+Find CANTON Consulting on LinkedInFind CANTON Consulting on YouTube

Chèque : le papier fait de la résistance

Réf. : Numéro 37 - 26 octobre 2009
Pour acheter et télécharger immédiatement cet exemplaire de la revue, cliquez :
 

Prix : 48,00 EUR





Editorial:

Le comité national SEPA français a retenu la date du 01/11/09 pour le lancement du prélèvement SEPA, le SDD (communiqué du 29/04/09).

Cette date n'est autre que la date limite fixée par l'EPC pour la migration de l’ensemble des banques au prélèvement européen (cf. page 3). La France, qui est à jour de ses obligations de transposition de la directive européenne sur les services de paiement en droit interne, se place parmi les "bons élèves" de la zone sur le projet SEPA.

Dans la mesure où la migration au SDD est une initiative professionnelle, elle ne fait pas l'objet d'un calendrier imposé par la Commission , et un retard de la France en la matière n'aura donc pas de répercussion légale. On peut néanmoins se demander si la France ne pourrait pas , en s'y engageant de manière plus proactive, tirer davantage profit de cette dynamique de bouleversement des habitudes de paiement qui s'est engagée sur le marché européen et semble être en constante prise de vitesse.

Le dossier:

« Le chèque se meurt, le chèque est mort »
Depuis plus d’un quart de siècle, on nous prédit la fin de ce moyen de paiement longtemps si prisé des Français mais qu’on dénonce aussi comme trop coûteux et archaïque. Pourtant force est de constater que le condamné, s’il décline sans doute, reste encore bien vaillant en France. SEPA marquera-t-il son arrêt de mort ou survivra-t-il encore longtemps ? Échos de CANTON vous propose une lecture du Passé / Présent / Avenir du chèque en allant voir ce qui se passe aux États-Unis et en analysant les atouts et facteurs de permanence du chèque.

Au sommaire du dossier:

  • La vision  traditionnelle du chèque 
  • La réalité technologique présente du chèque 
  • Les repères du chèque évoluent en profondeur
  • La nouvelle « check-nologie », venue des USA

Canton y réfléchit:

La survie prolongée du chèque s’explique aisément si l’on considère les atouts qui sont les siens, inscrits dans les habitudes de consommation et d’usages commerciaux : facilité, gratuité, sécurité, traçabilité, confiance. Ce sont des vertus essentielles qui sont et resteront des qualités recherchées.  Mais ses handicaps ne sont pas moins réels : lourdeur et risques de perte ou de manipulation, inefficacité pour des paiements hors de ses frontières, difficultés de suivi pour ne citer que l’essentiel. Les outils sont déjà là pour permettre une rénovation complète des process. Paradoxalement, la nature physique « papier » du chèque comme moyen de paiement est aujourd’hui à la fois le signe de sa permanence dans le paysage des moyens perçus comme sûrs et un handicap objectif, le dernier lien empêchant une dématérialisation pure et simple qui est, en coulisse, parfaitement prête. Si la loi, inchangée de long temps, ne facilite rien, c’est sans doute que ce statu quo protège d’évidents intérêts. Pourtant, le passage à « après le chèque » est inévitable et, SEPA aidant, dans le grand marché intérieur des services de paiement, les candidats au remplacement émergent. Le succès sera probablement largement commandé par l’ergonomie. Avec les outils existants, qui saura demain réunir facilité et (quasi) gratuité d’usage devrait rapidement capitaliser une confiance égale ou supérieure à celle dont le chèque bénéficie, jusqu’à aujourd’hui. 

Décodages:

  • Pionniers: un Moneta peut en cacher un autre
  • En Belgique: feu vert aux chèques repas électroniques
  • Les débuts du SDD annoncés par l'EPC dès 2009
  • L'essentiel à savoir sur Clearstream

Repères:

  • Vol à crédit chez Air France
  • La Société Générale sereine à l'approche du SEPA
  • A savoir...

Entreprises citées dans ce numéro :